Rapport CIGREF « Economie des données personnelles »

CIGREF-economie-donnees-perso-2015Les enjeux d’un business éthique

La donnée et sa gouvernance oriente de plus en plus la stratégie numérique des entreprises. Au cœur des priorités de l’entreprise, « l’économie des données » fait d’ailleurs partie des 9 solutions du Plan de la Nouvelle France Industrielle1, aux côtés des objets connectés et de la confiance numérique.

C’est sur cette toile de fond que le CIGREF publie le rapport « L’Economie des données personnelles : les enjeux d’un business éthique », fruit de son groupe de travail, piloté par Christophe Boutonnet, DSI du Conseil d’Etat.  Les réflexions exposées dans ce rapport posent les briques nécessaires à la construction d’un business éthique.

Les données personnelles, moteur de l’économie numérique

Les données personnelles constituent un gisement à part entière dans les traitements Big Data, et alimentent à elles seules une nouvelle économie fondée sur l’explosion des modèles serviciels, sur l’expérience client et la personnalisation. Mais la donnée personnelle ne constituera un actif viable qu’à la condition que son exploitation respecte la réglementation au nom d’une certaine éthique et de la préservation de la confiance dans l’économie numérique.

Alors qu’un marché est en train de se construire exclusivement autour de la valorisation des données personnelles, les grandes entreprises ont aussi leur rôle à jouer dans cette économie, via la redéfinition de leurs modèles d’affaire.

Définir les conditions et les caractéristiques de ce business éthique

Les conclusions du groupe de travail soutiennent l’idée que les entreprises peuvent bénéficier de nombreux potentiels de valorisation des données personnelles au regard de la réglementation, même si cela exige de relever certains défis techniques et méthodologiques. De nombreuses solutions existent pour aider les entreprises à adapter leur gouvernance aux données personnelles et à développer des méthodes pour accompagner une innovation et un business durable autour des données personnelles.

En prenant en compte les enjeux de la protection des données personnelles le plus en amont possible, concilier innovation et vie privée devient une démarche non seulement plus responsable mais aussi plus rentable. En étant conforme by design, on parie pour une innovation durable, et cela constitue in fine une réelle valeur ajoutée.

Certaines innovations d’usage créent également une nouvelle valeur stratégique : le Self Data ou le VRM (Vendor Relationship management) par exemple dessinent un nouveau paradigme économique autour des données personnelles dont certaines entreprises pourront être les pionnières : celui d’une économie symétrique, où les consommateurs/clients bénéficieront d’une valeur d’usage de leurs données, et deviendront de véritables co-créateurs de valeur.

« Dans un monde de données personnelles partagées, où l’entreprise établit avec ses clients une relation symétrique, la confiance devient l’arme fatale de ce nouvel équilibre […] Les enjeux techniques, juridiques, éthiques et de sécurité vont de pair avec la construction de cette confiance. Si la confiance constitue une préoccupation majeure de la protection des données, elle est non seulement nécessaire pour lier des communautés de travail en réseau mais aussi indispensable aux transactions avec les clients et les autres partenaires. La confiance est également partie prenante de l’e-réputation ».

Présentation du Groupe de travail « Economie des données personnelles »
par son Pilote, Christophe Boutonnet, DSI du Conseil d’Etat

________________________________

1 La Nouvelle France Industrielle, phase 2