Regard du CIGREF sur le #CES2016…

CES-CIGREF-J4Mais au fait, à quoi ressemble le CES 2016, vitrine de l’innovation mondiale ?

On entend souvent évoquer la démesure du Consumer Electronic Show. Elle se retrouve en quelques chiffres. L’innovation s’expose et s’explique sur 223.000 m². Le CES 2016 accueille 153 pays, 3.600 exposants, 50.000 professionnels, 6.900 journalistes accrédités. Mieux vaut avoir préparé son programme, car la « bonne parole de l’innovation » s’exprime au sein de plusieurs centaines de conférences !

Si  les objets connectés sont présents dans les conférences du CES2016, qu’ils soient abordés sous l’angle de l’innovation, celui de la sécurité, ou encore comme enjeu économique, ils s’exposent tout au long des allées de l’exposition. Parmi eux cette année, on dénombre une trentaine de fabricants de drones, dont ceux de la société française Parrot. On croise aussi nombre de robots en tous genres, dont l’espace dédié cette année a plus que doublé. Ces robots proposent leurs services aux entreprises, que ce soit pour des services d’assistance, de surveillance, mais aussi aux maisons de retraite, aux écoles, aux hôpitaux.

Et la France dans ce monde innovant ?

Outre la délégation CIGREF, rappelons que la présence française est la seconde plus importante avec ses 190 startups. D’ailleurs, dans l’Eureka Park, espace dédié aux PME innovantes, 128 stands sont tenus par des startups françaises. C’est d’ailleurs l’une d’entre elles, l’entreprise nantaise 10-Vins qui s’est vu décerner le Prix de la meilleure start-up pour sa machine D-Vine. Façon « machine à café », cette machine permet de se servir son verre de vin parmi un choix d’une trentaine de crus.

Les grandes entreprises françaises s’exposent aussi, à l’instar de La Poste qui a installé un immense « hub digital » où elle accueille nombre de partenaires (startups et grands groupes) afin de « réussir le pari de l’innovation à la française » ! L’occasion pour l’entreprise de présenter « Domino », un bouton connecté (réalisé en partenariat avec la start-up française Enero). Ce bouton sera testé dès le premier trimestre 2016. La Poste annonce également de nombreux objets connectés liés aux services à la personne.

Une autre entreprise de la French Tech, Qarnot computing, propose un radiateur calculateur, le Q-RAd. La « conduite intelligente » se présente sur le stand Valeo. La visite d’Engie permet de découvrir sa structure d’innovation ouverte, de collaboration et d’investissement.

La visite du stand Eridanis, une entreprise française, leader européen du conseil en innovation, spécialisé dans l’internet des objets (accompagnement à la mise en place et conception d’objets) a particulièrement retenu l’attention des membres de la délégation CIGREF.

Et des objets connectés pour les enfants…

Les objets connectés s’adressent à tous les publics. Les enfants ne sont pas oubliés… Une autre start-up de la French Tech, Oliba, s’est fait remarquer en présentant le « doudou connecté ». Fini le drame du doudou perdu, le traceur (sous la forme d’une petite chouette) signale l’objet fugueur sur le smarphone des parents. Il peut même aider l’enfant à s’endormir en lui chantant une berceuse.

On pouvait bien sûr croiser aussi le robot BB-8, le nouveau petit personnage de Star Wars, ou encore des robots en Lego et Mecanno…

________________