Pour beaucoup les vacances 2011 s’inscrivent déjà au rang des souvenirs. Histoire CIGREF vous propose  une transition « soft » de l’histoire de l’informatisation des entreprises (et de la société…) A partir d’un sujet ô combien sérieux qui a agité la planète informatique entière, le « bug de l’an 2000 » !

Mais qu’est-ce qu’un bug informatique ?

Qui s’est approché d’un ordinateur a une réponse à cette question ! 😉 Pourtant, sur le plan sémantique, le mot « bug » ne se traduit pas par « dysfonctionnement informatique »… mais par « insecte » ! Certes, le rapprochement de ces deux acceptions n’est pas flagrant. On le doit à une mathématicienne, pionnière de la programmation, Grace Hopper, l’une des quelques rarissimes femmes du monde de l’informatique. C’était en 1945, elle travaillait sur le Harvard Mark I, un « petit » ordinateur de l’époque (15 tonnes, 15 mètres de long et presque 3 mètres de haut). La machine s’affairait sur des kilomètres de cartes perforées quand soudain, un soir d’été, elle s’arrêta sans sommation !
Après des heures passées à chercher ce qui avait réduit brutalement la machine au silence, Grace Hopper, armée d’une pince à épiler, dégagea d’un relais électromécanique, une simple mite à moitié grillée par la chaleur de l’ordinateur. Oups… a bug ! Et le mot bug s’inscrivit dans l’histoire.

Une vision souriante de ce qui aurait pu être le plus célèbre des bugs informatiques…

Bonne rentrée !