www-NeXTNaissance des 3 célébrissimes
« WWW »…

La culture numérique change notre vie, notre façon de travailler, et même au soleil estival, certains restent connectés… La faute à ? A ces 3 consonnes sans doute les plus utilisées de la planète : WWW !

T-berners-leeA l’origine de cette célébrité du « World Wide Web », un homme, Tim Berners-Lee, informaticien du CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire). En mars 1989, il rédige un projet. Son idée est de pouvoir échanger et partager de l’information avec ses collaborateurs. Le CERN rassemble en effet une communauté de scientifiques venant d’universités réparties dans 80 pays du monde. Leur besoin d’échanger de communiquer le plus facilement possible est primordial. 

Il envisage de créer un système hypertexte partagé sur le réseau informatique. A la fin de l’année 89, il présente ce projet au CERN. Il évoque l’idée d’une « toile » où chacun pourrait « naviguer » de contenus en contenus. Le principe est de pouvoir relier les postes informatiques des scientifiques, via les réseaux informatiques, en un système d’information puissant, mais surtout simple à faire fonctionner. L’ingénieur système Robert Cailliau, convaincu de l’intérêt de ce projet, l’aide à mettre au point un logiciel, « Enquire », pour naviguer en suivant les liens hypertextes.

etiquette-serveur-NexTEn 1990, pour faire fonctionner le système, Tim Berners-Lee met au point le protocole HTTP (Hyper Text Tranfer Protocol), ainsi que le langage HTML (HyperText Markup Language). Ce protocole est d’abord testé au CERN, sur l’ordinateur NeXT.
Celui-ci est toujours au Microcosm du CERN, avec une étiquette manuscrite indiquant en rouge : « this machine is a server : do not power down !! ».

Bulletin de naissance du World Wide Web

Le 6 août 1991, Tim Berners-Lee donne officiellement vie au World Wide Web via un message public adressé sur Usenet.

[gview file=”http://www.histoire-cigref.org/wp-content/uploads/2013/08/Message-Tim-Berners-Lee.pdf” cache=”0″]

Dans ce message, Tim Berners-Lee rappelle les objectifs de son « projet WorldWideWeb (WWW) » qui est de permettre un accès à l’information depuis « n’importe où » ! Il en précise également l’esprit ouvert à tous, libre, et sa volonté d’émancipation du projet à tous types de contenus.

Pour un WorldWideWeb libre et ouvert à tous

w3cAujourd’hui, Sir Timothy John Berners-Lee (désormais citoyen britannique anobli en 2004 par la reine d’Angleterre) préside le W3C (World Wide Web Consortium), organisme à but non lucratif qu’il a fondé en 1994 pour « promouvoir la compatibilité des technologies du World Wide Web ».

En Europe, c’est l’INRIA (Institut national de recherche en informatique et en automatique) qui accueille la section européenne du Consortium W3C. Le premier bureau W3C a été ouvert en France en 2011

Toujours en cohérence avec sa démarche originelle d’un WorldWideWeb ouvert et accessible à tous, Tim Berners-Lee crée également la « World Wide Web Foundation ». Cet organisme à but non lucratif a pour objectif de veiller à ce que le Web soit également accessible dans les pays en voie de développement. Il s’est donné pour mission : « la réalisation d’un monde où tous les gens peuvent utiliser le Web pour communiquer, collaborer et innover librement ». En ce sens, la fondation a contribué à l’Initiative « Open Data mondial » (donnée ouverte) dont la philosophie est de rendre accessible et exploitable l’ensemble des données.

Vers le web 3.0…

Deux décennies plus tard, les WWW donnent toujours accès à tous contenus depuis n’importe où. Y compris désormais depuis la plage ou sa voiture :-), grâce aux technologies permettant la mobilité numérique. Il se visite également à partir d’objets hier « improbables », comme des lunettes (Google Glass). Et elles ne sont que les prémices de cet Internet des Objets dont on nous prédit que d’ici à 2030 ce seront 50 à 70 milliards d’objets qui seront connectés !

Ligne