La DSI est-elle soluble dans le nuage ?

20 juillet 2011 | ACTUALITÉS, Entreprises et cultures numériques

Contribution de 3 présidents du CIGREF :
Jean-Pierre Corniou, ancien président du CIGREF (2000-2006)
Didier Lambert, ancien président du CIGREF (2006-2008)
Bruno Ménard, actuel président du CIGREF

La tentation de construire un système d’information à partir de briques achetées dans le commerce  par les directions métiers n’est pas nouvelle. C’est  la promesse classique des éditeurs promoteurs d’une informatique « prête à l’emploi ». Pour servir leur stratégie et soutenir leurs processus opérationnels, les entreprises grâce à leur DSI, ont toujours cherché les solutions économiques et rapides en s’assurant, au-delà de la technique du moment, que le système d’information de l’entreprise conserve son unicité et sa cohérence. La promesse de valeur de l’informatique du nuage, ou « cloud computing » doit donc être analysée avec méthode et lucidité.

La révolution informatique est ponctuée de ces grandes phases de rupture où se mêlent innovation réelle et emphase marketing. Certaines sont sans lendemain. D’autres, comme le PC, les ERP,  internet ont changé de nature  le traitement de l’information. Mais à chaque étape l’informatique s’est enrichie de solutions nouvelles impliquant des compétences qui se sont substituées aux modèles antérieurs, permettant à la communauté informatique de se renouveler en s’adaptant en permanence aux changements techniques.

L’informatique du nuage est un ensemble  de solutions qui associe la fourniture d’un programme applicatif et sa mise à disposition à travers internet. Il suffit à l’entreprise d’y intégrer ses propres données – organisation, produits, clients, fournisseurs – pour que l’application soit mise à la disposition de tous ceux qui en ont besoin et constamment adaptée. On y retrouve les mêmes éléments que ceux souvent promis par l’industrie du logiciel et des services : haute disponibilité, fiabilité, mutualisation, sécurité, coûts adaptés à l’usage réel de la solution, temps de déploiement minimaux. Poussées par la consumérisation massive de l’informatique, ces solutions sont éprouvées par des centaines de millions d’utilisateurs quotidiens et font preuve dans les usages les plus courants, comme la messagerie, d’une fiabilité sans défaut  majeur. Balayer d’un revers de la main les arguments en faveur du développement d’une nouvelle informatique en nuage serait donc inutile et suspect de corporatisme.

Là où la communauté informatique peut s’émouvoir, c’est que l’informatique en nuage dispense l’entreprise d’installations informatiques propres puisqu’il « suffit » de se connecter à internet à travers n’importe quelle plateforme, PC, smartphone, tablette, quelque soit le système d’exploitation employé. Les traitements et la sauvegarde des données sont faits à distance par le fournisseur de service dans ses fermes de serveur. Ceci diminue la complexité des projets, puisque les phases de conception et de réalisation sont limitées au choix d’une solution pré-définie. Cela dispense également l’entreprise de s’équiper en infrastructure de production et de stockage. On gagne en temps et en coûts d’infrastructures et de services ce qu’on perd totalement en souplesse.
Or l’informatique d’entreprise s’est construite en additionnant des couches de complexité, liées aux choix d’organisation et aux évolutions techniques, qui en font souvent un écheveau coûteux à entretenir, impliquant des compétences multiples. Si les conditions de mise en œuvre de cette nouvelle informatique sont simples, elles impliquent néanmoins un important travail de transformation de l’informatique des entreprises, donc des investissements aussi bien dans les métiers que dans l’informatique. En effet les contraintes du nuage sont souvent très éloignées des conditions d’exploitation habituelle de l’informatique d’entreprise:

  • toute application doit être accessible à partir d’un navigateur
  • l’accès au réseau internet public à partir de tout point de l’entreprise doit être performant, permanent, sécurisé
  • toute application peut être opérée à partir de tout support : PC, tablette, smartphone, téléviseur
  • les applications sont standard et mutualisées et ne permettent pas une adaptation fine aux besoins

Les systèmes d’information se sont construits en quarante ans avec un patchwork de solutions qui en  font un ensemble certes ordonné et réellement approprié aux besoins mais complexe. Remplacer cet édifice par un autre patchwork de solutions trouvées sur internet ne réglerait pas le problème de la simplification et de la cohérence du SI.

Aujourd’hui le marché ne propose pas de solution globale. Il y a des réponses partielles intéressantes et éprouvées, comme la messagerie, les outils collaboratifs, voire certains champs applicatifs comme le CRM. Mais sur le plan fonctionnel beaucoup de problèmes internes restent sans réponse du marché.  Certains domaines comme le transactionnel lourd ou la conception assistée par ordinateur (CAO)  ne sont pas appropriés en raison de flux massifs de données qu’ils impliquent. Il est nécessaire d’assembler les solutions issues du nuage et les systèmes existants pour reconstituer le système d’information unifié, assurer la cohérence des données internes et celles traitées à l’extérieur en toute sécurité. Il faut également garantir la sécurité des données et leur rapatriement en cas de défaillance du fournisseur ou de réversibilité du contrat. Le nuage n’est pas non plus un ensemble homogène. Les solutions et les fournisseurs ne se valent pas tous et il faut être en mesure d’exercer des choix documentés et de les  contrôler. C’est un exercice méticuleux qui implique de nombreuses compétences internes.

Les DSI ne sont en rien hostiles au nuage qui, dans certains domaines, répond parfaitement à leurs besoins. Déchargés de tâches d’exécution, ils peuvent ainsi mieux se consacrer aux applications à plus forte valeur ajoutée métier comme  au développement de l’innovation dans les domaines qui n’ont été encore que faiblement explorés. Il est évident que l’internet des objets, la numérisation de l’ensemble des produits et services tout au long de leur vie, la généralisation de l’entreprise numérique entre fournisseurs et clients constituent des défis nouveaux pour  la DSI qui doit en devenir  à la fois orchestrateur et inspirateur. Le monde des technologies de l’information exigera encore le déploiement de talents internes, ouverts et adaptables, capables de tirer le meilleur parti des propositions du marché et de développer ainsi les vrais vecteurs de différenciation et de compétitivité. Les femmes et les hommes de l’informatique d’entreprise, comme des SSII, devront, une fois encore, se renouveler et acquérir des compétences nouvelles.

Le nuage ne doit pas être une solution en quête de problème. Ce n’est, aujourd’hui comme hier, qu’un outil avec ses promesses et ses limites, qui doit être progressivement intégré dans le portefeuille des entreprises pour ce qu’il sait bien faire avec pragmatisme et discernement. C’est également pour les entreprises individuelles, les TPE et certaines PME et ETI un ensemble de solutions efficaces qui leur permet de rapidement de bénéficier d’outils innovants, flexibles et peu coûteux. Symbole de la numérisation de notre société, l’informatique en nuage est donc sans conteste un composant majeur des systèmes d’information des entreprises et des collectivités.
La communauté des TIC a su relever par le passé le défi de la technicité et la maîtrise des coûts et de la qualité. L’informatique en nuage n’est qu’une opportunité de  plus.

Non, la DSI n’est pas soluble dans le nuage. Elle seule peut offrir la garantie de son exploitation professionnelle et pertinente.

Towards a Zero Trust philosophy: a break in continuity for application security

Cigref has published a report on the work of its "Zero Trust" working group, led by Thierry Borgel, CIO of the ICADE group. Zero Trust is a development of IT security principles and a philosophy that organisations will need to adopt to strengthen the security of their...

Vers une philosophie Zero Trust : une rupture dans la continuité pour la sécurité des applications

Le Cigref publie, sous forme de rapport, les travaux de son groupe de travail sur le thème « Zero Trust », piloté par Thierry BORGEL, DSI du groupe ICADE. Le Zero Trust est une évolution des principes de sécurité IT et une philosophie que les...

Strategies for migrating IT to cloud computing: a strategic adventure for enterprise

Cigref has published a report on the work of its working group on "Cloud migration strategies", led by Jean-Christophe Lalanne, EVP IT at Air France KLM, and Stéphane Rousseau, CIO at Eiffage. The migration paths to the cloud are multiple, with many starting and...