Ethique & Numérique : un référentiel pratique pour les acteurs du numérique

Ethique & Numérique : un référentiel pratique pour les acteurs du numérique

#Ethique – Le Cigref et Syntec Numérique, en tant que représentants des principaux acteurs de la société numérique, ont considéré qu’il était urgent d’élaborer une vision commune et partagée sur l’éthique du numérique, afin de consolider ensemble les bases de la confiance d’aujourd’hui. Les deux associations publient donc un cadre de référence pratique commun aux entreprises et à leurs partenaires, afin d’outiller et de sensibiliser les équipes et les managers aux enjeux éthiques du numérique Ethique & Numérique : un référentiel pratique pour les acteurs du numérique.

Le numérique introduit une transformation profonde dans les entreprises, un changement de paradigme qui intervient tant sur l’organisation, les modèles d’affaires et les modes de management que sur les relations humaines. La nature du travail change, et les frontières de l’entreprise s’étendent. Cette transformation introduit à la fois de nouvelles opportunités pour la nouvelle économie numérique, et de nouvelles problématiques éthiques associées. Les enjeux sur la protection des données, le respect de la vie privée, la neutralité et la transparence des algorithmes ou encore le droit à l’oubli n’ont jamais été tant évoqués. Chaque acteur de l’entreprise doit alors être invité à maîtriser les potentialités des nouveaux outils et usages du numérique en même temps que leurs possibles déviances. Mais comment s’emparer concrètement de ce sujet en entreprise, et quels sont les éléments à aborder en matière d’éthique avec les directions et/ou les équipes opérationnelles ?

Alors que les technologies d’IA sont en plein essor, c’est de manière particulièrement anxiogène que les questionnements éthiques amenés par le développement des usages numériques sont généralement abordés. Pourtant, le sujet est loin de se résumer aux dilemmes auxquels, par exemple, une voiture autonome pourrait hypothétiquement être confrontée. Biais des outils, impacts environnementaux, déontologie des concepteurs de solutions, etc. sont autant de points qui méritent d’être abordés selon une perspective éthique.

Les pouvoirs publics se sont emparés de la question de l’éthique et du numérique, avec notamment la proposition, émise dans le rapport Villani, et par la CERNA (Commission de réflexion sur l’Éthique de la Recherche en sciences et technologies du Numérique d’Allistene) de mettre en place un conseil national d’éthique du numérique sur le modèle du comité consultatif d’éthique existant pour les sciences de la vie et de la santé.

S’ils saluent cette démarche, le Cigref et Syntec Numérique ont souhaité aborder le sujet à un premier niveau, opérationnel. L’objectif de ce référentiel est en effet de décrire les thèmes qui font – ou doivent faire – l’objet de questionnements pour les acteurs du numérique dans leur pratique actuelle, et d’apporter parfois des éléments de réponse pragmatiques à ces questionnements.

Outil de sensibilisation des professionnels du numérique, ce référentiel est ainsi une première pierre à l’édifice d’une vision commune et partagée par tous sur l’éthique, élément clé de la confiance dans l’économie numérique. À chacun de s’en saisir !

Le référentiel « Éthique et Numérique » du Cigref et de Syntec Numérique est destiné à catégoriser les questions d’éthique liées au numérique, à la fois du point de vue de l’utilisateur (Cigref) et du concepteur de solutions et/ou de services numériques (Syntec Numérique). Il invite à la réflexion (quelles questions les entreprises peuvent-elles se poser sur l’éthique du numérique) et suggère des pistes d’action.

Le référentiel “Éthique et Numérique” catégorise les questions d’éthique liées au numérique au travers de trois grands axes :

  • L’éthique by design : Cette éthique s’intéresse particulièrement à la phase de conception des outils numériques, et va donc aborder en particulier la déontologie des concepteurs numériques quels qu’ils soient (développeurs, designers numériques, chef de projet…).
  • L’éthique des usages : Cette éthique vise à s’interroger sur les usages du numérique que font les clients, les collaborateurs, mais aussi les managers et les partenaires d’une entreprise. Il s’agit donc de mener une réflexion éthique sur l’usage que fait l’homme des ressources technologiques qu’il a à disposition.
  • L’éthique sociétale : Cette éthique interroge à un niveau macroscopique les impacts du numérique sur la société. Elle traite ainsi, notamment, de l’acceptabilité des innovations et solutions numériques, de l’économie et du design de l’attention, et de l’empreinte écologique et énergétique du numérique, de l’inclusion sociale.

Télécharger le rapport  

 

 

 

 

Cet article vous plaît ? Partagez-le !