Un cadre pour un démarrage simplifié :

  • Phase 1 : Faire un inventaire de ses actifs immatériels
  • Phase 2 : Procéder à l’évaluation
  • Phase 3 : Mener des plans d’actions

L’inventaire, socle de base de la gestion des actifs

La réalisation d’un inventaire est la base de la gestion des actifs. Il en est de même pour la gestion des actifs immatériels. Avant toute possibilité d’évaluation et de valorisation et tout plan d’action de management, l’identification des actifs disponibles est indispensable.

L’inventaire des actifs immatériels n’est pas trivial

« Si seulement nous savions ce que savons » est l’une des expressions les plus célèbres de la gestion des connaissances. Les grandes entreprises ne sont pas toujours conscientes des capacités humaines et structurelles dont elles disposent. Un inventaire des actifs immatériels n’est pas trivial. Faute de formalisation ou de représentation existante ou faute de mise à jour, l’information n’est pas nécessairement accessible.

Se découvrir des actifs immatériels

Les actifs immatériels existent depuis toujours. L’inventaire sert d’abord à les reconnaître en tant que tel (c’est-à-dire ayant une valeur et une capacité à créer de la valeur) et à les regrouper sous cette appellation. Normalement, il n’y a pas de « découverte », il s’agit d’une reconnaissance et d’une catégorisation.

L’inventaire ne vaut pas valorisation

Cet exercice d’inventaire est une première étape. Elle peut s’effectuer en même temps ou séparément par rapport à la valorisation. Mais avoir répertorié ou inventorié un actif n’indique pas sa valeur. Il ne faut pas confondre les deux. Il ne faut substituer l’un à l’autre.

Télécharger : Gestion des actifs immatériels : 5 études de cas