Le Cigref publie son rapport d’activité 2020/2021

13 octobre 2021 | ACTUALITÉS, Communiqués, Publications du Cigref, Rapports d'activités

Au lendemain de sa 51ème Assemblée générale, le 13 octobre 2021, le Cigref publie le bilan de ses activités sur la période 2020/2021. Ce rapport, visible en ligne, présente la vie de l’association, et revient sur les enjeux portés par les nombreuses activités (clubs, cercles et groupes de travail) réalisées au cours de l’exercice.

Ce document est aussi l’occasion pour Bernard Duverneuil de signer son dernier édito en tant que Président, et de revenir sur son parcours et les grands chantiers menés au cours de ses cinq années passées à la présidence du Cigref.

Horizons numériques

Édito du Président du Cigref, Bernard Duverneuil (Rapport d’activité 2020/2021)

Après cinq ans à la présidence du Cigref, il était temps pour moi de passer la main. À l’heure où vous lirez ces lignes, notre association aura désigné son nouveau Président, lequel, avec un Conseil d’administration renouvelé, aura la charge de l’engager dans une dynamique nouvelle, bien entendu au service de nos adhérents, et toujours dans une perspective d’intérêt général. Au terme de ces cinq années de présidence du Cigref, en observant le travail accompli sous l’impulsion collective de son Conseil d’administration et l’action dynamique de sa délégation générale, et malgré les crises multiples qui ont profondément marqué la société française et son économie, je suis fier du chemin parcouru par notre association, et confiant dans son avenir. Cinq ans ce n’est pas rien ! Et je me propose d’en faire un court bilan, sans idée d’exhaustivité, et bien conscient que beaucoup reste à faire ou à poursuivre. L’objectif est de tenter d’éclairer les horizons numériques qui s’offrent aujourd’hui à nos membres, à travers huit chantiers emblématiques qu’a conduit le Cigref au cours de ces cinq dernières années.

1. MODERNISER LE CIGREF

Le premier chantier, initié dès ma prise de fonction, a concerné la modernisation du Cigref, tant auprès de nos adhérents que de l’écosystème numérique. Notre association souffrait à l’évidence d’un déficit d’image que nous nous sommes attachés à résorber, notamment dans la perspective de la célébration du jubilé du Cigref en 2020, même si cette célébration a été contrariée par la crise sanitaire. A contrario, cette période fut aussi l’occasion de rénover nos pratiques, nos locaux, et de mettre en place le vote à distance pour notre Assemblée générale. La modernisation de notre association s’est également traduite par la refonte de ses statuts, en 2019, afin de renforcer la clarté de son objet social et améliorer la transparence de sa gouvernance.

2. UN CIGREF INFLUENT

Le deuxième chantier a eu pour ambition de consolider, structurer et enfin dénoncer les problématiques existantes dans nos relations avec les fournisseurs, tout particulièrement les pratiques déloyales de ces derniers et les déséquilibres manifestes qui dégradent la confiance qui devrait leur être accordée et dont nos membres ont besoin. Ces positions sont tout d’abord portées auprès des fournisseurs eux-mêmes, principalement éditeurs ou opérateurs de services cloud, au travers des travaux du club « Relations fournisseurs », mais aussi auprès des pouvoirs publics, tant au niveau national qu’au niveau européen. Cette action de longue haleine s’est notamment matérialisée par la mise en place d’une conférence de presse annuelle du Cigref sur le sujet, bien relayée dans la presse spécialisée ou la presse économique. Ceci a sans aucun doute été de nature à renforcer la visibilité et la capacité d’influence du Cigref au sein de l’écosystème numérique.

3. NOUVELLE DÉMARCHE STRATÉGIQUE

Troisième chantier particulièrement structurant pour notre association, celui de la refonte de sa démarche de réflexion stratégique afin de la rendre plus agile et réactive dans un contexte de croissance des incertitudes et d’évolution rapide des déterminants géopolitiques, technologiques et sociaux. Désormais inscrite dans un cycle annuel plutôt qu’un plan quinquennal, cette démarche stratégique s’inspire des meilleures pratiques de prospective et fait l’objet, chaque année, à l’occasion de notre Assemblée générale, de la publication d’un rapport d’orientation stratégique. Ce document de grande qualité présente l’état de nos réflexions, menées sous la houlette d’un Conseil d’orientation stratégique du Cigref dans lequel interviennent à parité des administrateurs du Cigref et des personnalités qualifiées extérieures à notre association. L’objectif est double : éclairer le Conseil d’administration du Cigref sur l’élaboration des plans d’activité de notre association et proposer à nos membres un cadre méthodologique pour orienter leur propre réflexion sur les évolutions de leurs pratiques numériques dans un monde confronté à de multiples mutations écologiques, géopolitiques, économiques, sociales et technologiques.

4. CLOUD DE CONFIANCE

Le quatrième chantier conduit par le Cigref au cours de ces dernières années aura consisté à bâtir une doctrine structurée du cloud de confiance, articulant de manière cohérente la vision politique et européenne avec les enjeux industriels et opérationnels. Depuis plus de trois ans maintenant, le Cigref s’est investi dans la caractérisation du besoin des grandes organisations en matière de cloud de confiance autour du triptyque sécurité numérique, immunité aux législations extra-européennes et maîtrise par les utilisateurs de leurs dépendances aux solutions et services de leurs fournisseurs. Par ailleurs, le Cigref s’est investi avec détermination en faveur du projet Gaia-X en mobilisant ses membres intéressés par les objectifs de cette démarche de structuration d’offres européennes de services de confiance dans le cloud. A ce titre, le Secrétaire d’État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques, Monsieur Cédric O, a confié au Cigref, en partenariat avec le pôle de compétitivité Systematic Paris-Région et l’Académie des technologies, le soin d’organiser et d’animer le Hub France Gaia-X au profit de toutes les parties prenantes françaises intéressées par les buts poursuivis par l’association Gaia-X.des Communications électroniques, Monsieur Cédric O, a confié au Cigref, en partenariat avec le pôle de compétitivité Systematic Paris-Région et l’Académie des technologies, le soin d’organiser et d’animer le Hub France Gaia-X au profit de toutes les parties prenantes françaises intéressées par les buts poursuivis par l’association Gaia-X. Plus largement, le Cigref s’est engagé dans la promotion de sa doctrine du cloud de confiance auprès de l’écosystème numérique dans un contexte d’accélération de la transition des systèmes d’information vers le cloud.

5. CHANGER LE PARADIGME DE LA SÉCURITÉ NUMÉRIQUE

Notre cinquième chantier, tout autant stratégique que le précédent, en ayant pris un caractère critique au cours des deux dernières années, concerne la sécurité numérique. Les membres du Cigref sont exaspérés par une cybercriminalité croissante qui se déploie dans un contexte de quasi-impunité et dont les capacités à commettre des forfaits progressent plus vite que la capacité de leurs victimes à se protéger, alors que ces derniers ont tous consenti des efforts très substantiels en matière de renforcement de leur protection. Le Cigref s’est donc engagé, pour répondre à cette préoccupation croissante de ses membres, à mobiliser les pouvoirs publics et l’industrie du numérique en faveur d’un changement de paradigme de la sécurité numérique afin de responsabiliser les fournisseurs en imposant des normes minimales de sécurité par conception et de sécurité d’exploitation sur l’ensemble du cycle de vie des produits et services numériques. Ce chantier, sans nul doute, occupera notre association pendant encore plusieurs années afin de construire une réponse écosystémique appropriée.

6. AGIR AU NIVEAU EUROPÉEN

Le sixième chantier concerne la capacité du Cigref à agir au niveau européen, tant il est vrai que les thématiques que nous abordons ne peuvent désormais être traitées qu’à l’échelle du continent dans le contexte géopolitique et technologique de concurrence acharnée entre les États-Unis et la Chine. Nous nous sommes attachés à cette fin à établir une relation directe de travail avec les principales associations représentatives européennes, notamment en Allemagne, aux Pays-Bas et en Belgique pour porter collectivement nos préoccupations. Par ailleurs, nous avons développé à ce niveau notre capacité de dialogue avec les institutions de l’Union européenne, notamment sur le Digital Markets Act, et dans les mois qui viennent sur le Data Act et l’Artificial Intelligence Act. Notre ambition en la matière consiste à mutualiser nos efforts avec nos partenaires européens pour faire valoir les intérêts de nos adhérents respectifs en anticipant les effets de la régulation sur leurs activités numériques.

7. POUR UN NUMÉRIQUE DURABLE

Le septième chantier est sans doute le plus important et le plus profond. Comment limiter l’impact du numérique en termes de consommation de ressources et d’énergies carbonées ? Quelles contributions positives, même modestes, le numérique peut-il mettre à la disposition des politiques de transition énergétique, d’activité durable et de responsabilité environnementale ? Le Cigref s’emploie à organiser et animer une réflexion collective sur ces thématiques de sobriété numérique, et à contribuer aux initiatives de l’écosystème numérique, notamment comme partenaire de Planet Tech’Care, démarche initiée par nos amis de numeum avec le Conseil national du numérique et le soutien du Gouvernement.

8. EN AVANT LES TALENTS !

Le huitième chantier, enfin, et c’est la mère de toutes les batailles numériques, porte sur la formation, les compétences et les talents. Sans les femmes et les hommes du numérique, bien formés et en nombre suffisant, rien ne sera possible. La pénurie croissante des compétences nécessaires pour accompagner, piloter et produire les mutations numériques de nos adhérents a des effets très directs sur leur capacité à maintenir leur compétitivité et leur performance. Manque d’attractivité des métiers du numérique, difficulté du système académique à former en qualité et en quantité les professionnels dont l’économie a besoin, déterminisme social qui tend à éloigner les femmes de ces métiers, le Cigref tente de travailler sur les différentes dimensions d’une crise dont nous avons la conviction que seule une politique publique globale, associant tous les acteurs, sera de nature à la résoudre. C’est dans cette perspective que nous dialoguons avec le monde académique, avec la Conférence des grandes écoles et la Conférence des présidents d’université, que nous avons initié la création de la Fondation Femmes@Numérique, ou encore que nous continuons à développer la nomenclature des métiers de l’IT et des compétences associées afin de caractériser les besoins, dans leur diversité croissante, des membres du Cigref.

Au terme de ce bilan, il m’apparaît que, si le Cigref doit faire preuve d’humilité car nous n’avons pas connu que des succès et parce qu’il reste tant à faire, nous pouvons collectivement être fiers du chemin parcouru et de la légitimité acquise par le Cigref dans l’écosystème numérique. C’est le fruit d’un travail collectif conséquent, orchestré et mis en œuvre par une délégation générale et des permanents exceptionnels que je tiens à remercier ici chaleureusement.

Je remercie également les administrateurs pour leur mobilisation et leur soutien constant. Je ne doute pas de la capacité de mon successeur à agir dans la même direction et relever les nombreux défis du numérique au profit de nos membres et au service de l’intérêt général. C’est à ces conditions, par le travail, par l’ouverture et par la détermination, que nous serons en mesure, collectivement, de bâtir le numérique durable, responsable et de confiance que nous appelons de nos vœux.

Bernard Duverneuil, Président du Cigref de 2016 à 2021

Obsolescence logicielle et matérielle : recommandations internes aux organisations et propositions aux fournisseurs

Le Cigref publie, sous forme de double rapport, la restitution des travaux de la taskforce « Obsolescence logicielle et matérielle », pilotée par Olivia Bertout, Digital CSR Leader chez Adeo. Les réflexions menées par cette taskforce ont abouti à deux livrables...

Rapport d’orientation stratégique 2021 du Cigref « Futurs numériques : quelles trajectoires ? »

À l'occasion de sa 51ème Assemblée générale, le Cigref a dévoilé l'édition 2021 de son Rapport d'orientation stratégique, "Futurs numériques : quelles trajectoires ?". Basée sur une méthode de raisonnement prospectif, cette nouvelle édition s’inscrit dans la lignée du...

The outlook for 5G in 2030 in France and Europe

In collaboration with Futuribles International, Cigref has published a report on the work of the "5G Outlook to 2030" working group, led by Anne Lucas, Head of Strategic Information Management and Capitalisation at Acome, for Futuribles, as well as Djilali Kies, Chief...