Homo numericus a-t-il perdu la parole ?

3 septembre 2013 | ACTUALITÉS, Questionner le numérique

La culture numérique réduirait-elle la parole en face à face réel ? S’agit-il d’une nouvelle éthique des geeks ou est-ce un vrai phénomène sociétal et une des caractéristiques de la « culture numérique » ?

Certes, il est possible de faire appel à son smartphone et aussi à la téléphonie gratuite comme Skype, Viber, Tango, Fring, Hangouts, etc. pour communiquer avec la parole, comme le faisait, en son temps, Socrate sur l’agora, directement face au public ; ou également chacun d’entre nous avec les moyens du bord avant les années 2000. 

Mais les nouveaux comportements tendent à préférer l’envoi de SMS et de mails depuis les mobiles, les échanges via les réseaux sociaux, y compris dans un colloque où l’animateur recueille les questions via Twitter. On préfère faire apparaître à distance sur l’écran du destinataire le contenu de son propre écran plutôt que de s’asseoir autour d’une table et de le commenter oralement. On croit plus les préconisations de son GPS qu’une carte en papier. On préfère jouer sans mot dire avec son interlocuteur via le web, ou encore envoyer des messages et images animés à ses « amis » sur Facebook plutôt que de partager un moment de convivialité autour d’un film de vacances projeté sur un mur blanc1.

Même en open space, une demande d’entre-aide adopte parfois le canal numérique plutôt que de faire quelques mètres à pied et poser la question à son collègue, lui-même trop occupé à ses affaires au sein de la même équipe projet. Il y a certes de nombreux avantages à ces nouveaux usages.

Nous manquons de mesures précises sur ce plan, et le rapprochement entre la téléphonie, le multimédia, l’audiovisuel, l’informatique et les télécoms, joue incontestablement en faveur de l’action numérique, multicanal, qui se met au rythme de la pensée, en un seul clic. N’est-ce pas fabuleux, efficace, efficient et productif ?

La parole numérique est-t-elle le début de la solitude ?

Mais en lisant Sherry Turkle2  et son livre « Alone Together: Why We Expect More from Technology and Less from Each Other », je me demande si la diminution de la parole et de la communication humaine directe au profit de l’échange numérique ne favorise pas l’augmentation de la solitude ?

Alors que l’on n’a jamais autant commuté via internet, et que l’on n’a jamais eu à ce point le sentiment d’être « ensemble » à l’échelle planétaire, la diminution de la parole n’annonce-elle pas le déclin de la convivialité locale ?

Il reste heureusement la machine à café… pour se parler. Rien n’est vraiment perdu !

Gérard Balantzian
Consultant et Animateur de séminaires
www.cogouvernance.com

_____________________

1 01net, n° 779, p.78
2 Massachusetts Institute of Technology

ligne-fine

Métiers du numérique : sens et appétence – Recommandations pour orienter les cursus de formation au numérique

Alors que l’écosystème numérique est le plus demandeur de professionnels formés pour ses métiers, les organismes d’enseignement et de formation qui délivrent les connaissances et suscitent les talents sont souvent vus comme de simples éléments du secteur de la...

Convergences numériques : construire une Europe numérique et compétitive.

Les principales organisations et associations professionnelles du numérique s’associent pour mettre le numérique au cœur de la campagne européenne. Télécharger notre manifeste commun...

Saisir les opportunités de l’IA pour un numérique responsable : nouveau rapport disponible !

Numeum, l’Institut G9+, le Cigref, Planet Tech Care et le Hub France IA, ont dévoilé un rapport inédit intitulé « Green AI & AI for green ». Fruit d’une étude qualitative menée auprès de 72 professionnels – Directeurs des Systèmes d'Information (DSI), Chief Data...