Autour d’une conscience partagée…

L’ouvrage fondateur du CIGREF paru en 1970, « le Pari Informatique » de Pierre Lhermitte, avait pour vocation d’interpeller sur l’émergence de l’informatique. Visionnaire, il annonçait les changements majeurs et irréversibles qui allaient impacter la société et l’entreprise : « Le système informatique apparaît inséparable de l’entreprise dans laquelle il s’implante, modifiant le milieu qui le fait naître  se modifiant lui-même en fonction de ce milieu au point d’en devenir l’une des caractéristiques ».

40 ans plus loin, le numérique bouleverse à son tour, plus vite, plus fort, la société et l’entreprise. Statutairement engagé à anticiper des évolutions susceptibles d’impacter la performance de l’entreprise et d’engager sa responsabilité sociétale, le CIGREF souhaite interpeller ici le « milieu qui fait naître le numérique, se modifiant lui-même à son tour… » ! 

Au-delà de l’entreprise, nous sommes tous des acteurs concernés par ce que certains appellent « la révolution numérique ». Si celle-ci, à ce point engagée, ne saurait être réversible, pas plus que ne l’ont été les révolutions industrielles et technologiques précédentes, des questions se posent pourtant. Tout est-il parfait ? Quel monde souhaitons-nous voir émerger de cette révolution ? Les observateurs du monde numérique qui se tisse (comme les chercheurs de la Fondation CIGREF par exemple) le décrivent comme « humain » avant tout, dessiné par des usages plus que par des technologies.

Si le CIGREF entreprend ici de « questionner le numérique », c’est pour réfléchir, voire influencer, une possible « marge de manœuvre » offerte par cette dimension humaine. Il ne s’agit pas pour le CIGREF d’exprimer une « position officielle », ni même de prendre parti pour telle ou telle position émise, d’où qu’elle vienne1. La position du CIGREF est de prendre acte que le numérique impacte puissamment le milieu qui le fait naître  et de contribuer à créer, à travers l’ouverture de cette agora, les conditions pour que, se modifiant à son tour, il le fasse « autour d’une conscience partagée » !

__________________
Les contributions et commentaires parus sur ce site n’engagent que la responsabilité de leurs auteurs.