Le modèle d’analyse et de benchmarking des coûts informatiques du CIGREF

3 novembre 2014 | Finance Gestion Coûts, Publications du Cigref

benchmark-couts-informatique-cigrefLa version 2014 du « modèle d’analyse et de benchmarking des coûts informatiques » vient de paraitre !

Le CIGREF publie la version 2014 de son « Modèle d’analyse et de benchmarking des coûts informatiques ». Ce rapport constitue un socle pour la structuration d’un « business model DSI ». Cette nouvelle version conserve totalement l’esprit et les principes fondamentaux de la version 2009 enrichie de retours d’expérience de plusieurs dizaines de mises en œuvre opérationnelles du modèle.

Le « modèle d’analyse et de benchmarking des coûts informatiques » a deux objectifs principaux :
• Permettre l’analyse et le pilotage des coûts d’une DSI
• Permettre d’effectuer un benchmark des coûts entre plusieurs DSI l’ayant adopté.

La connaissance des dépenses IT par natures (personnel interne, prestataires, matériels, logiciels,…) se révèle vite insuffisante pour un pilotage économique efficace de la DSI.

La DSI a en effet besoin de s’assurer, d’une part, de son efficacité opérationnelle au plan économique et, d’autre part, que les services qu’elle rend sont au bon niveau de coût. Ces deux visions économiques complémentaires nécessitent de pouvoir mesurer, analyser et « benchmarker » les coûts des activités et des services mis à disposition.

Le « modèle d’analyse et de benchmarking des coûts informatiques » fournit un cadre permettant ces analyses et ces comparaisons entre pairs. Depuis la première version publiée en 2006 et la seconde publiée en 2009, plusieurs dizaines de DSI de toutes tailles et de tous secteurs ont adopté le modèle à des fins d’analyse, de pilotage, de refacturation des services ou de benchmark. Ces retours d’expérience ont permis de montrer la robustesse et la pérennité du modèle.

Cette version du modèle adopte une codification anglaise, tout en maintenant une description en français et en anglais, pour permettre un déploiement aisé dans un contexte international. Au-delà des améliorations structurelles apportées, la version 2014 du modèle prend en compte aussi les évolutions en termes de technologies et de nouveaux métiers de la DSI pour qu’elle soit utilisable dans la durée.

La granularité des activités proposées a été affinée dans l’objectif d’améliorer l’analyse et le pilotage des coûts. En parallèle, de façon à permettre aux DSI de prendre des options simplificatrices mais surtout de façon à leur permettre un benchmark, la notion de « macro-activité » a été revue et adaptée en conséquence.

Le module de formation dédié au modèle (Centrale Paris Executive Education) permettra aux acteurs opérationnels de la DSI ou aux contrôleurs de gestion d’en appréhender très rapidement le fonctionnement détaillé.

ligne

[Cigref report] Understanding quantum computing to prepare for the unexpected

Just a few years ago, quantum computing was a utopian dream. Today, however, it is beginning to take root in people's minds. It promises to replace the law of Gordon Moore, a cofounder of Intel who predicted that computing capacity would double every year...up to the...

[Cigref report] IT/OT convergence: A fruitful integration of information systems and operational systems

Convergence IT/OT - Corporations are undertaking wide-ranging projects to seize the growing opportunities data processing offers to optimise and add value to their businesses. It is in this context that the Cigref "IT-OT Convergence" working group led by Gilles...

Quantum Computing : comprendre l’informatique quantique pour se préparer à l’inattendu

L'informatique quantique impliquera d'ici 5 à 10 ans des changements importants nécessitant des organisations et de leurs dirigeants qu'ils comprennent dès aujourd’hui cette technologie. C’est pour démystifier le sujet et les aider à se préparer à l’inattendu du...

Gaia-X : lancement de l’initiative franco-allemande en faveur de l’émergence d’un marché européen du cloud de confiance

Le Cigref se félicite du lancement de la fondation Gaia-X et du puissant soutien que lui accordent les gouvernements français et allemands. La fondation Gaia-X se dote aujourd’hui d’une structure de gouvernance permettant d’assurer les objectifs définis dans le position paper du 18 février 2020. Les 22 membres fondateurs sont représentatifs des différentes parties prenantes du marché du cloud : académique, associatifs, fournisseurs et utilisateurs de solutions ou services numériques.