« Les DSI seront moins enclins à engager des investissements au risque de pénaliser l’innovation » Une interview de Bruno Ménard dans Cio Mag d’Avril 2009

10 avril 2009 | ACTUALITÉS

Ancien élève de l’École Supérieure de Commerce de Lille, Vice-Président Systèmes d’Information du Groupe Sanofi-Aventis, Bruno MENARD, est à 44 ans, le nouveau Président du CIGREF. Il nous dévoile dans cet entretien son parcours, sa vision du secteur IT, la crise financière mondiale et ses projets pour le CIGREF.

  • A l’occasion de l’assemblée générale annuelle du CIGREF en octobre 2008, vous avez été élu Président du CIGREF. Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

J’ai quarante quatre ans et j’ai une formation d’école de commerce avec une spécialisation financière et comptable. J’ai démarré ma carrière au sein du groupe Sanofi Aventis en 1987 dans le département financier. Jusqu’en 1993, j’ai occupé des postes dans cette filière au siège, aux Etats-Unis et en régie. Ensuite, j’ai basculé dans des fonctions plus opérationnelles puisque j’ai travaillé sur des plans stratégiques aussi bien en Amérique Latine qu’en Asie. De 1994 à 1996, j’ai été Directeur général de filiales en Asie (Singapour et Philippines). Je suis rentré en France depuis 1997 pour occuper des postes à vocation commerciale tant en support qu’en relation directe avec les grossistes.

  • En tant que financier, comment êtes-vous arrivé aux systèmes d’information ?

Je suis arrivé à la filière système d’information par la voie de projets en assurant la maîtrise d’ouvrage de projets pour les forces de ventes et marketing. Par la suite, j’ai assuré la maîtrise d’ouvrage de projets informatiques puis un autre projet SAP. C’est à la suite de la réalisation de ces missions que le groupe Sanofi Aventis m’a proposé, en 2001, de prendre la responsabilité de la direction des systèmes d’information. Je pense qu’aujourd’hui, la fonction DSI, comme plusieurs autres d’ailleurs, participe à la réalisation des performances de l’entreprise. De ce fait, elle ne doit pas être considérée comme une fonction d’expertise ou exclusivement technique mais plutôt comme une fonction de management. On verra de plus en plus émerger des DSI au profil généraliste plutôt que technique.

  • Qu’est-ce qui vous passionne le plus dans cette fonction ?

C’est une fonction qui présente une telle diversité d’action et un très large champ d’intervention en interaction avec tous les autres métiers de l’entreprise. C’est ce qui explique la passion que j’ai pour cette fonction. Je considère le système comme un centre de décision avec plein de défis à relever, beaucoup de management combinant à la fois des problématiques stratégiques et opérationnelles à gérer au quotidien. C’est une richesse que l’on ne retrouve pas forcément dans les autres fonctions de l’entreprise.

  • Depuis octobre 2008, vous êtes le nouveau Président du CIGREF pour un mandat de deux ans. Cette nomination coïncide avec la crise financière mondiale. Est-ce un hasard de calendrier ou une volonté de mettre en selle un profil financier pour faire face à la crise ?

Je crois que le choix du Conseil d’administration du CIGREF est plutôt basé sur mon profil de généraliste symbolisant une nouvelle génération de DSI. Je pense que la fonction a évolué et intègre désormais une forte composante managériale. Nous devons néanmoins faire face à la crise qui, pour le moment, est moins marquée en Europe qu’aux Etats-Unis. Nous nous attendons à faire face à une année 2009 particulièrement difficile. Tous les secteurs serons touchés mais à des degrés différents. Le secteur bancaire est affecté comme l’est aussi le secteur automobile. Cela aura forcément des répercussions dans la sous-traitance. Le secteur de la distribution commence également à être touché à son tour.

  • En entreprise, la DSI n’est pas la seule direction à être confrontée à la crise ?

Comme toutes les autres fonctions, nous devons être vigilants notamment sur les actions à court terme. On n’a pas attendu la crise pour mettre en place des règles de gouvernance sur les projets, pour être vigilants sur les investissements et sur les bonnes pratiques en termes d’évaluation de ROI sur les projets. Cela pose à nouveau des exigences en termes de ressources par rapport à ce qu’on avait auparavant. Mais le risque réside sur le fait que d’importants projets liés à l’innovation sont reportés. Quand on sait que l’innovation est porteuse de valeur ajoutée, les DSI doivent saisir cette opportunité pour sensibiliser sur les bonnes pratiques en matière de gouvernance IT et sur l’innovation.

  • Avez-vous constaté une tendance baissière dans l’exécution des budgets DSI depuis le début de cette année ?

Jusqu’à la fin 2008, les enveloppes budgétaires été prévues et planifiées longtemps en avance. Mais depuis le début de cette année, Il y a manifestement un attentisme pour le premier trimestre. Traditionnellement, les budgets sont souvent montés sur un rythme calendaire annuel. C’était du 1er janvier au 31 décembre, le premier trimestre étant la période de lancement des projets. Avec la persistance de la crise, les DSI seront désormais amenés à être plus regardants et à revoir les niveaux de services qu’ils ont passés avec les sous-traitants.
A fortiori pour les contrats de maintenance sur des licences de logiciels ou des équipements, les DSI s’assureront d’avoir bien compté le nombre de licences nécessitant un contrat de maintenance pour être certains qu’ils ne paient pas pour rien. En clair, ils vont davantage s’assurer d’utiliser strictement ce qu’ils paient aux fournisseurs. Tant qu’il n y a pas de meilleure visibilité, les DSI seront moins enclins à engager des investissements au risque de pénaliser l’innovation.

  • Allez-vous marquer une rupture par rapport aux politiques menées par vos prédécesseurs ?

Il n’y aura pas rupture avec le travail fourni par mes prédécesseurs. Ce sera plutôt une continuité très nette car le CIGREF est une association d’entreprises qui porte bien ses 39 années d’existence. Nos activités reposent sur un socle basé sur des valeurs communes autour de l’appartenance, de l’intelligence et de l’influence. Comme par le passé, nous formons une communauté d’utilisateurs qui se rencontrent et discutent pour partager ces valeurs. Le CIGREF est présent sur des points d’influence notamment auprès des commissions mises en place par les pouvoirs publics pour réfléchir sur l’économie numérique. Sous ma présidence, nous marquerons une accélération en phase avec le remarquable travail de mes deux derniers prédécesseurs (Jean-Pierre CORNIOU et Didier LAMBERT NDRL) notamment en matière de recherche. Nous accélérerons également le démarrage d’un grand projet de recherches avec un cercle d’universitaires représentant les chercheurs issus de grands pays. Ce sera justement pour tirer les enseignements sur l’informatisation des entreprises durant ces 40 dernières années pour ensuite mettre en valeur le développement des technologies pour les années à venir. Il s’agit du programme de recherche internationale ISD (Information Systems Dynamics) véhiculé par la fondation CIGREF qui est basé à Sophia Antipolis et dont le but est d’évaluer la dynamique des usages professionnels des Systèmes d’Information et d’anticiper leur impact sur le management futur des firmes (2010-2030). Bien entendu, nous poursuivrons les discussions avec les grands fournisseurs.

En dehors du programme ISD, quels sont les autres projets en cours de mise en place ?
Chaque année, nous publions des livres blancs, nous participons à des conférences pour donner nos points de vue sur tous les domaines qui concernent le secteur IT et son développement. Cette année, par exemple, nous travaillons sur l’informatique écologique et responsable (Green IT NDRL) mais aussi sur les outils de collaboration qui sont devenus une vraie tendance vers laquelle s’orientent beaucoup de nos entreprises membres. Nous continuons de travailler sur les référentiels des métiers et des compétences…. Ce sont là les fonds de roulement du CIGREF. Tous ces travaux sont pilotés par les DSI durant toute l’année.
Dans un autre registre, nous avons, en collaboration avec le cabinet Mc Kinsey, travaillé sur la gouvernance des systèmes avec les métiers. Ce qui nous a permis de préciser les contours de cette gouvernance avec la conclusion suivante : la création de valeur ne peut se réaliser qu’en partenariat étroit entre les métiers et les SI. Nous essayerons d’aller plus loin pour mieux modéliser cette gouvernance en termes de pratique afin de mieux la piloter en tant qu’outil de création de valeur pour l’entreprise.

L’informatique nouveau pétrole des pays émergents, partagez-vous cette idée ?
Je ne sais pas si on peut comparer l’informatique au pétrole, mais ce qui est certain c’est qu’elle pourrait être un facteur de développement pour l’Afrique. Aujourd’hui, on ne peut concevoir une seule organisation sans l’outil informatique. En Afrique francophone, la multiplication des sites offshore illustre parfaitement le potentiel de développement que renferme le secteur IT. L’exemple de Casaneashore au Maroc et d’autres montrent que le secteur peut beaucoup apporter à l’Afrique.

Qu’est-ce que vous pensez d’Afrocio, le projet de plate-forme au service des DSI africains ?
Je souhaite aux DSI africains de vivre la même aventure que celle qui a été vécue et que continue de vivre les DSI membres du CIGREF. Depuis bientôt 40 ans, le CIGREF a toujours été la chambre d’échos du développement de l’informatique dans les grandes entreprises. C’est là où les DSI se rencontraient pour débattre des grandes tendances, des grands défis. Plus récemment, c’était le passage à l’an 2000 qui a été un moment fort dans la vie de notre association. Pendant quelques années, nous avons vécu les mutations liées à l’introduction de l’Internet dans le monde de l’entreprise.
Je souhaite aux DSI africains de créer cette communauté, cet espace d’échanges à travers AfroCio pour qu’entre pairs ils puissent échanger sur des problématiques dans un espace unique et totalement libre. Cette écoute et cette qualité d’échanges, en tant que DSI, on ne peut l’avoir qu’entre pairs et dans un cadre que s’y prête.

Source : Cio Mag Le 03/04/2009.

Towards a Zero Trust philosophy: a break in continuity for application security

Cigref has published a report on the work of its "Zero Trust" working group, led by Thierry Borgel, CIO of the ICADE group. Zero Trust is a development of IT security principles and a philosophy that organisations will need to adopt to strengthen the security of their...

Vers une philosophie Zero Trust : une rupture dans la continuité pour la sécurité des applications

Le Cigref publie, sous forme de rapport, les travaux de son groupe de travail sur le thème « Zero Trust », piloté par Thierry BORGEL, DSI du groupe ICADE. Le Zero Trust est une évolution des principes de sécurité IT et une philosophie que les...

Strategies for migrating IT to cloud computing: a strategic adventure for enterprise

Cigref has published a report on the work of its working group on "Cloud migration strategies", led by Jean-Christophe Lalanne, EVP IT at Air France KLM, and Stéphane Rousseau, CIO at Eiffage. The migration paths to the cloud are multiple, with many starting and...