Publication d’une étude CIGREF sur les risques et opportunités liés à l’e-reputation des entreprises

Publié le vendredi 10 février 2012

L’étude « E-reputation : Étude sur les risques et opportunités liés à l’e-réputation des entreprises », réalisée par deux étudiants HEC du Master « Management des Risques Internationaux » vient d’être publiée.

Elle montre que l’e-réputation ne doit pas être vue uniquement comme porteuse de risques, et elle tente de mettre fin à quelques idées reçues :

  • Toutes les entreprises ne sont pas affectées par ce concept de la même manière : certaines marques sont portées par leurs clients, d’autres sont régulièrement attaquées et certaines laissent indifférent ;
  • Si Internet est un espace de liberté, il n’est pas pour autant un espace de non-droit ;
  • Enfin, une information n’affecte l’e-réputation de l’entreprise que lorsqu’elle est bien référencée et massivement diffusée par des sources fiables.

On peut classer les procédés d’atteintes à l’e-réputation d’une entreprise, en trois catégories :

  • Les atteintes informationnelles, comme la diffusion d’avis négatifs de consommateurs, le dénigrement, la rumeur et la diffusion de fausses informations ;
  • Les atteintes touchant à l’identité, comme le détournement de logo, l’usurpation ou le détournement de marques ou de produits ;
  • Les atteintes d’ordre technique, comme le phishing, le piratage de site, le flog, splog, cybergriping ou bien cybersquatting.

Face à ces risques, l’étude du CIGREF – basée sur des interviews de professionnels exposés chaque jour au concept de l’e-réputation – vise à mettre en évidence quelques bonnes pratiques relatives à plusieurs catégories de risques, identifiées dans une précédente étude du CIGREF (Les Risques Numériques pour l’entreprise – CIGREF 2011).

Vous aimerez aussi…

SWIPO : Échec de la régulation du marché européen du cloud

SWIPO : Échec de la régulation du marché européen du cloud

#SWIPO - Le Cigref et ses adhérents ne peuvent pas reconnaître, à ce stade, la légitimité des documents (codes de conduite, descriptif de la future entité légale de gouvernance de ces codes) qui devraient être remis, le 26 novembre 2019, à Helsinki, aux ministres de...